• Tanger
  • >
  • Stories
  • >
  • Karim est le "Number One" de Tanger : "J'ai eu les parents il y a 20 ans, j'ai leurs enfants aujourd'hui"

Karim est le "Number One" de Tanger : "J'ai eu les parents il y a 20 ans, j'ai leurs enfants aujourd'hui"

Bar
script api
Editor Made in Tanger
17 juin 2011

Natif de Tanger, Karim est un passionné de son pays et un grand mélomane. Tous les soirs, il partage sa passion de la musique avec ses clients au «Number One», ce petit bar devenu un incontournable de Tanger. Autrefois QG des journalistes, des écrivains et des peintres, il accueille aujourd’hui une clientèle diversifiée ; qui se retrouve autour d’une passion commune : la musique.

Made in Tanger : Depuis quand existe le Number One ?
Karim : Le Number One existe depuis 1986, il a été monté par des français et j’ai récupéré l’affaire en 1990.

Made in Tanger : Quelle est la clientèle de ce bar ?
Karim : Nous avons essayé de fidéliser la clientèle qui a un certain savoir, qui aime sortir, savourer son verre. Nous n’avons pas visé une clientèle de «soulards» mais plus une clientèle diversifiée, de différentes nationalités, qui puisse se rencontrer, discuter, et échanger sur différents sujets mais en majeure partie sur la musique. Je suis un mélomane reconnu et la plupart des clients qui viennent, c’est pour écouter du blues, du jazz et pour se détendre. C’est plus un endroit de détente que de bousculade. Je suis très fier de ma clientèle et d’ailleurs je me sens gêné quand je vois un client qui a un mauvais comportement, ça me met mal à l’aise vis-à-vis de ma clientèle. C’est un agresseur, et il va agresser mes clients et je ne parle pas d’agression physique mais d’agression morale et c’est pire. Je suis arrivé au stade où je jongle avec toute sorte d’âge, j’ai les jeunes, les moins jeunes, ils se sentent bien. Il n’y a pas d’âge pour la musique et les gens viennent ici pour la musique et en plus, ça rassemble. On dit que la musique adoucit les moeurs, non ?

Made in Tanger : Vous affichez «Fermeture à minuit» mais on sait qu’on peut rester un peu plus, pourquoi ?
Karim : On l’affiche pour que les clients ne restent pas après minuit, nous avons des horaires que nous devons respecter. J’ai l’autorisation de fermer un peu après minuit, donc on met «minuit» pour que les clients ne s’oublient pas trop et qu’ils prennent leur dernier verre. Pour les non-habitués, je préfère l’afficher pour leur montrer que l’établissement a des règles et qu’il faut les respecter. Je ferme la porte à 23h et je n’accepte plus personne à part les habitués. C’est une manière de contrôler le flux.

Made in Tanger : Quelle a été l’évolution de l’établissement depuis 22 ans ?
Karim : D’abord, j’ai essayé de fidéliser l’établissement. J’ai essayé d’apporter des changements non brusques et d’aller au devant des exigences des clients tout en lui donnant l’impression que l’établissement n’a pas changé depuis le début. Aujourd’hui, la clientèle a changé dans le sens où j’avais les parents et les gens d’un certain âge, maintenant j’ai leurs enfants. Souvent, les enfants veulent retrouver l’ambiance où leur parents se sont vantés d’avoir été. L’établissement est devenu un lieu de référence et j’entends souvent des jeunes me dire «mon père venait ici», ou encore «mon oncle aimait cet endroit» ... C’est une constatation de toute fierté pour moi. C’est pratiquement un endroit qui fait partie du patrimoine de Tanger.

Made in Tanger : Organisez-vous des évènements au Number One ?
Karim :  J’ai été le premier à transmettre des matchs de foot à Tanger. J’ai dû ramener un décodeur d’Espagne à l'époque et j’ai eu le premier grand écran qui a été installé à Tanger. Ca avait attiré beaucoup de curieux, c’était une bonne initiative mais j’ai perdu une certaine clientèle qui n’aimait pas le foot, d’un âge certain, qui n’aimait pas l’ambiance de la TV parce que la bonne musique et la TV, ça ne va pas ensemble. Je suis contre le happy hour parce que l’établissement est petit et je ne veux pas le surcharger.

Made in Tanger : Quels sont vos endroits fétiches de Tanger ?
Karim : Ce ne sont pas des endroits entourés de quatre murs. J’adore les endroits en plein air. Ce sont les plus beaux endroits de Tanger. Le café M’nar avec une vue sur l’Espagne qui est super. Du côté de Rmilat avec vue sur l’Atlantique du côté du cap Spartel, avec les odeurs d’Eucalyptus qui est super agréable. Et l’étendue de la plage de Sidi Kacem qui est formidable, et Ba Kacem le café qui est un coin super, avec une petite jetée sur la plage. Et la seule plage qui nous reste du côté du port qui est Dalia, au delà de Ksar Sghir qui est superbe.

Interview et photo Zineb Bennouna

 

 

script api
Editor Made in Tanger
17 juin 2011

Number One

  • Pub
  • Restaurant espagnol
  • Bar
  • Bar à Tapas
1, boulevard Mohamed V 90000, Tanger
Get Directions
+212539941674

Vous aimerez aussi