Sept choses à ne surtout pas faire à Essaouira !

Suivez le guide
Alice Joundi
Editor Made in Essaouira
5 juillet 2016

Pour que vous ne passiez pas à côté de votre séjour à Mogador, évitez surtout de...

1. Vous lever trop tard

Si vous aimez saisir l’instant calme et quasi-mystique d’Essaouira, c’est au petit matin que vous en aurez le meilleur. Passer sur la grande place, assister à l’arrivage du poisson au port, prendre un thé chez Driss et marcher dans les ruelles désertes que seul les embruns parfument au petit matin : ces visions et lumières vous offriront quelques minutes hors du temps, et le luxe d’images sublimes pour les amateurs de photographie notamment.

2. Penser que les Gnaoua ce n’est qu'un festival

Les Gnaoua, leur musique, leurs traditions, leurs maîtres et musiciens font partie intégrante de la culture locale à EssaouiraLe festival Gnaoua et Musiques du Monde qui les fait connaître dans le monde entier depuis presque 20 ans nous enchante 4 jours par an, mais c'est tout au long de l’année vous pouvez assister à des représentations, rencontrer des artistes et pourquoi pas vous entretenir avec un des luthiers et musiciens fabricant de guembri à Essaouira : Najib Soudani. Et pour en savoir plus sur les Gnaoua : lisez notre petit précis en ligne !

3. Vous croire à Marrakech

Oui mais… Non. Le Maroc est une terre plurielle et riches d’une multitude d’identités, or si lors de vos précédents séjours vous avez pris l’habitude du rythme et de la chaleur de Marrakech (on vous comprend ceci-dit), sachez qu’ici tout descend d’un cran : la température et la frénésie ! Tout est plus calme, plus petit, et plus lent aussi... On opte pour la nature et la culture, la vie de famille ou le city break. En bref, on est très "cool" à Essaouira, alors profitez-en !

4. Manger vos sardines à la fourchette

Sacrilège ! La sardine fait légion à Essaouira et se savoure pendant toute la belle saison. Aussi : rien de meilleur qu’une grillade (la fameuse "chouaïa") soigneusement décortiquée avec ses dix doigts ! Servie avec un filet d’huile d’olive, du citron et quelques gros grains de sel, une salade marocaine et un pain frais : un must du localisme à ne pas manquer !

5. Rester dans la médina

La cité des vents est une ville chargée de trésors, mais vous passerez à côté de belles surprises en vous privant de visiter ses alentours. La région d’Essaouira (Chiadma au nord et Haha au sud), et ce quelque soit le moyen de vous y rendre, est une promesse de très beaux souvenirs : le souk du dimanche à Had Draa, une balade au pied de la source à Aïn Al Hajjar, l’aventure aux cascades de Sidi MBark, les vents soufflant sur le mausolée de Sidi Kaouki, un soleil couchant à Moulay Bouzerktoun, et tant d’autres villages et paysages à découvrir à moins d’1h d’Essaouira... A vivre !

6. Préférer les lignes droites

Bien que son plan soit connu pour avoir été tracé d’une main de maître, nombreuses sont les rues d’Essaouira qui se jouent de la rectitude et vous mènent vers des quartiers aussi calmes que typiques, au détour desquels vous tomberez certainement sur une porte en bois sculptée d’un autre âge, une gravure dans la pierre, un artisan aux doigts d’or. Alors, ne passez pas votre chemin, et prenez la tangente !

7. Ne vouloir la plage rien qu’à soi

C'est une erreur, car ici plus qu’ailleurs, la plage est à tout le monde ! La baie d’Essaouira est un espace qui se partage, toutes générations confondues et tout au long de l'année. Chacun ici s'y retrouve dès le petit jour jusqu’au soleil couchant, pour y marcher, courir, jouer dans l’eau, pêcher, se détendre ou rêvasser. Ainsi, la plage d'Essaouira est un quartier à part entière, et de loin le plus animé de la ville pendant l’été. Pour se délecter d’une plage déserte il suffit de marcher quelques minutes vers le sud, ou de se lever tôt comme on vous le suggérait plus haut.

Bonus spécial pour pour les automobilistes : se garer n'importe comment

Non seulement il y a des parkings à cet effet un peu partout le long de la plage et aux abords de la médina (sans compter qu'à pied les choses se font aussi très bien à Essaouira), mais l'expédition d'une voiture à la fourrière est une expérience qu'on ne souhaiterait pas à notre pire ennemi. Comptez une bonne journée de démarches administratives et plusieurs centaines de dirhams pour en venir à bout, alors autant s'éviter le passage de la dépanneuse en respectant les zones de stationnement !

A bon entendeur...
Photos DR Alice Guibert Joundi 

Alice Joundi
Editor Made in Essaouira
5 juillet 2016