People

Lina Ben Mhenni, une cyber tunisian girl.

Par:  

PORTRAIT Installée dans un café culturel du centre de Tunis, elle est entourée de plusieurs journalistes. Depuis sa nomination pour le Prix Nobel de la paix 2011, elle est extrêmement sollicitée, mais elle sait garder la tête froide pour ce lendemain de révolution mouvementé.

A 28 ans, Lina Ben Mhenni enseigne l’anglais à l’université depuis trois ans, c’est par hasard qu’elle est devenue blogueuse, relayeuse d’informations avant et pendant les événements de janvier. « J’ai lu un article sur les blogs dans un magazine et je me suis dit, pourquoi ne pas essayer. Au début, je parlais de tout et de rien, pas directement de politique jusqu’en 2008 où j’ai donné les informations que je recevais sur les émeutes de Gafsa».  Elle a connu la censure et la répression en 2009 mais cela ne l’a pas empêché de continuer et de parler des événements de Sidi Bouzid et des autres villes de la Tunisie. «Mon blog était censuré mais je me disais que les gens à l’étranger devaient savoir ce qu’il se passait dans le pays». Tout s’enchaine très vite et Lina Ben Mhenni devient populaire, médiatisée et son nom finit par apparaitre sur la liste des candidats au Prix Nobel de la Paix. « Je l’ai appris par hasard et j’étais heureuse pour la Tunisie. J’étais heureuse de voir le pays apparaitre sur la liste de ce prix prestigieux. Mon téléphone n’arrêtait pas de sonner, c’était incroyable, je ne savais plus comment faire pour répondre à tout le monde ».  Même si elle ne l’a finalement pas obtenu, Lina Ben Mhenni reste fière de son pays et des tunisiens. Son livre Tunisian Girl, blogueuse pour un printemps arabe raconte sa participation aux événements, un carnet qui nous fait vivre les jours de ce mois de janvier tunisien. Elle y explique le rôle des blogs, des réseaux sociaux et du cyber activisme que le monde entier a vu en marche lors de la révolution. Personne n’imaginait que la Tunisie où dailymotion et Youtube étaient inaccessibles, pouvait regorger d’autant de blogueurs.  Dans son livre qui porte le même nom que le blog en trois langues, Lina Ben Mehnni ne manque pas de se questionner sur l’avenir du pays post révolution, sur la l’évolution démocratique et la reconstruction du citoyen tunisien. Lina Ben Mhenni est sans aucun doute l’une des figures de la révolution, une jeune femme à l’arcade sourcilière percée, dynamique, en colère et inquiète. «Je ne sais toujours pas si je vais voter et pour qui j’ai envie de voter. On a encore beaucoup de travail à faire pour bâtir la nouvelle Tunisie ».
En attendant la reconstruction citoyenne du pays, Lina Ben Mhenni continue son cyber activisme sur son blog. Elle n’arrêtera pas sitôt de jouer le rôle d'interrogatrice pour faire avancer le pays dans le sens qui lui semble juste.


http://atunisiangirl.blogspot.com/
Tunisian Girl, blogueuse pour un printemps arabe. Ed Indigènes. Collection Ceux qui marchent contre le vent