• Rabat
  • >
  • Stories
  • >
  • Parole de blogueur : Le blogging est une mine sur laquelle tout blogueur doit marcher un jour

Parole de blogueur : Le blogging est une mine sur laquelle tout blogueur doit marcher un jour

Internet
script api
Editor Made in Rabat
9 novembre 2011

Il se fait appeler Agharass. Depuis Rabat, il twitte, photographie, blog, et partage son avis en de longs billets très lus sur la toile marocaine. Pas de visage, mais des tas de choses à dire. Made in Rabat l’a rencontré.

Made in Rabat : Depuis quand blogues-tu ?
Agharass :
Je ne serais pas en possibilité de mettre une date précise. Difficile, en fait, de donner une date pour cette chose qui anime tout un chacun. Le partage est, je pense, quelque chose qui vient de l’homme et s’en va une fois qu’il rend l’âme. Donc si je dois dire une date, je dirais que le jour où les soldats américains ont mis les pieds en Irak. Et, depuis, j’ai fait la découverte de cette belle découverte nommée « Blog » grace à un reportage.

Made in Rabat :  Qu'est-ce qui t'a donné envie de bloguer ?
Agharass :
L’envie de bloguer vient comme une envie de respirer, une envie de liberté dans les mots, une liberté que l’on cherche à respirer entre deux lignes et entre deux idées. C’est l’essence du blogging : sans liberté de ton, on peut dire que l’envie prend fin devant l’autel de l’autocensure. Malheureusement, on est encore sabotés par l’absence d’une liberté totale et surtout par la force de l’arbitraire qui peut tomber d’un instant  à l’autre. Le blogging est une mine sur laquelle tout blogueur doit marcher un jour, et le plus malin est celui qui arrive à dire ce qu’il pense d’une façon intelligente, en étant emporté par l’agilité d’une idée intelligente.

Made in Rabat : Quels sont tes modèles, marocains et étrangers ?
Agharass :
C’est un non-sens de dire que dans le bloging on peut parler d’une blogueur national et l’autre international, car il n’y a pas de limite géographique. Par contre, je peux dire sans me tromper que je suis fasciné par tout les blogueurs marocains, toutes tendances confondues. J’aime cette diversité qui émane du fond de cette société marocaine bouillonnante et qui cherche à tout prix à engager le pays vers quelque chose de fort et de stable dans la durée. Si je dois avancer des noms alors là je dirais : www.monagora.fr, le blog d’une marocaine pour son humour et ses humeurs  ; le blogueur Larbi pour son engagement politique et son activisme (www.larbi.org) ; le blog www.chaara.net qui, avec un humour décapant et un jeu de mot, envoi le lecteur dans une dimension démentielle ! Il y a aussi le blogueur Ahmed pour sa façon acerbe de commenter l’actualité du Maroc et du monde sur www.alach.blafrancia.com, sans oublier le blogueur Lbadikho “ qui revient l’honneur de faire toujours dans le non-sens innocent pour faire apparaitre le non-sens aberrant et sans raison (www.alwandida.wordpress.com). La réponse à la question serait donc : mes modèles sont de cette race, de ce genre et de ce type d’humour et d’originalité dans le verbe.

Made in Rabat : Les blogs que tu lis systématiquement ?

Agharass :
Ma disposition à tout lire est sans limite. J’ai une faim sauvage quant au fait de lire  tout le monde, je n’ai pas d’aprioris sur les écrits de quelqu’un. Les blogs dont je suis lecteur sont divers et variés. Entre les geekeries, la photographie et la politique se dresse un espace suffisamment grand pour accueillir les autres blogs. Pour les trouver, ce sont ceux que j’ai mis sur la page d’accueil de mon blog et que je visite chaque jour.

Made in Rabat : Trois blogs à nous conseiller ?
Agharass :
C’est un jeu qui consiste à choisir entre l’un et l’autre. Alors si je dois choisir trois blogs, ce seraient les plumes que j’envie, les auteurs dont je suis admiratif par le sens de la formule mais aussi par la force des mots employés. Honneur aux femmes, la blogueuse Marrokia me marque par ses adjectifs arabes et ses mots marocains sur https://www.madein.city/rabat/fr/. Ensuite, je dirais Artistic pour ses chroniques (https://www.madein.city/rabat/fr/), et le troisième blog que je peux conseiller est www.mamfakinch.com qui relate toute l’actualité du mouvement 20 février.

Made in Rabat : Ton regard sur la blogoma ?
Agharass :
Mon regard sur la blogoma n’est rien devant la multitude des avis que l’on peut en tirer : elle est diverse et variée. Mon regard de blogueur fait que je suis admiratif des talents qui la composent. La blogoma s’est pris un brin de maturité et de sagesse, elle n’est plus focalisée sur un seul courant politique et idéologique ; elle est devenue l’image d’un Maroc miniature dans ses idées et ses engagements. La contribution des blogueurs marocains de langue arabe n’est aussi pas encore valorisée à sa juste valeur par les médias marocains mais aussi étrangers. Il faut bien comprendre que la blogoma, c’est une communauté qui dépasse la composante francophone.

Made in Rabat : Te sens-tu journaliste ?
Agharass :
Non, je ne me sens pas journaliste. La question ne se pose même pas car le métier de journaliste est un travail qui nécessite des qualités intellectuelles, mais aussi des diplômes.

Made in Rabat : Tu réalises même des interviews : est-ce difficile de convaincre les gens d'accepter lorsqu'on n'est pas un média traditionnel ?
Agharass :
Il est facile d’obtenir une réponse favorable quand on la pose à quelqu’un mais le fait d’obtenir des réponses est très délicat. J’ai encore une dizaine de photographes qui n’ont pas répondu à mes questions et j’attends toujours ; j’espère qu’ils me lisent actuellement.

Made in Rabat : Quel plaisir, quel intérêt trouves-tu à bloguer ?
Agharass :
Le plaisir, c’est celui du partage. L’intérêt n’est pas matériel, mais le simple fait de ne plus garder pour moi ce que je pense tout bas. Le blogging est un outil qui permet ce passage entre le personnel a l’impersonnel, et mon plaisir n’est autre que celui d’une personne qui aime propager autour d’elle l’intérêt que je porte pour un sujet, pour une question, une idée, une chanson ou n livre. En fait, c’est la fin du Moi et la naissance du Nous.

Made in Rabat : Les blogueurs ont-il du pouvoir, ou de l'influence, selon toi ?
Agharass :
Le pouvoir d’influencer n’est pas vraiment ce que je recherche, mais je pense que le nombre finit par influencer les avis. Dans le cas du Maroc, on est encore loin d’un blogging et d’un blogueur qui peut influencer les lecteurs et créer une nouvelle idée de consommation ou pas.  On a raté l’occasion.

Made in Rabat : Qu’est-ce qui pourrait te faire arrêter de bloguer ?
Agharass :
Arrêter, c’est une question un peu loin pour moi. L’arrêt du blogging est synonyme de l’arrêt de mon existence, sauf si on arrive dans le futur à un outil qui surplace les blogs et les réseaux sociaux.

Made in Rabat : Combien de temps passes-tu à entretenir ton blog ?
Agharass :
Dans mon cas ce n’est pas trop de temps. Il est important de signaler que les plateformes actuelles permettent une aisance dans l’entretien et qu’il ne reste au blogueur que le temps de penser son billet.

Made in Rabat : Tu parles beaucoup de culture, et de temps à autre se glisse une autre information, du foot, de la politique : comment choisis-tu les sujets dignes d'être abordés sur ton blog ?
Agharass :
Le choix du sujet ne se réfléchit pas ; il s’impose au gré de mes humeurs. Il arrive que je pense un billet, que je l’écrive et que je finisse en fin de compte à annuler la publication pour des raisons qui sont loin d’être justes. Mais c’est comme ça ! C’est une question d’humeur.

Interview
Mathias Chaillot
Photo
DR
Blog
https://www.madein.city/rabat/fr/

script api
Editor Made in Rabat
9 novembre 2011