La protégée rue des Consuls

Medina
script api
Editor Made in Rabat
18 juillet 2013

Appelée ainsi pour avoir été le lieu de résidence des diplomates étrangers, la rue des Consuls est devenue un passage incontournable dans la visite touristique de la capitale.

Au début du siècle, l'activité principale de Rabat était la piraterie et la prise d'esclaves. Ces derniers étaient vendus aux enchères sur la place du Souk El Ghezel, face aux Oudayas. Mais les captifs chrétiens ne devenaient pas esclaves. Selon un traité signé avec le Sultan, ils devaient être rachetés par les diplomates de leur pays qui disposaient alors d'un budget dédié à ce genre d'achats. Pour des raisons de commodité, ces diplomates se trouvaient donc à quelques dizaines de mètres du lieu de "négociation". Cette rue déjà très active était une des rares à être pavée.

Débouchant sur la médina de Rabat d’un côté, elle nous fait débarquer sur la Kasbah des Oudays de l’autre côté. Très étroite, elle est piétonne pour le confort des badauds qui flânent, des touristes qui chinent ou des artisans qui organisent leurs échoppes. « Les objets d’artisanat proposés à Rabat sont très différents des autres villes » soulignent Aurélie et Will venus de Suisse, découvrant l’art rbatie, original à leur goût. On y trouve des tapis, des poteries, des objets en bois ou encore des pierres venues de tous les coins du Maroc. Mais ce qui ressort de cette rue est principalement le commerce de tapis et les bijouteries où on y déniche des pièces en argent très originales, pour tous les goûts et tous les budgets.

La balade ne s’arrête pas à la rue en elle-même. Les rues perpendiculaires sont aussi très intéressantes à explorer : des passages très étroits mènent vers des artisans spécialisés dans le cuir, la ferronnerie, ou encore le bois, travaillant selon les méthodes traditionnelles et perpétuant leur savoir de génération en génération.

Texte Yasmina El Kadiri
Photo DR

script api
Editor Made in Rabat
18 juillet 2013

Vous aimerez aussi