Sortie, People

Le gang des antillais, interview de Jean-Claude Barny et Sébastien Onomo

Par: Pascal CHESTIER  

Un projet qui a mis 6 ans pour se concrétiser et être diffusé sur le grand écran. Si le 30 novembre est la date officielle de sortie en salle pour la métropole, 'Le gang des antillais' est diffusé depuis le 15 octobre à la Martinique. Interview exclusive pour Mimcity de Jean-Claude Barny le réalisateur et Sébastien Onomo le producteur du Film.

 

Jean-Claude Barny est le réalisateur du film 'Le gang des antillais'. Le cinéma, ce natif de Guadeloupe, il le connait bien. En 1993, il réalise 'Putain de porte' son premier court métrage avec des acteurs dont les noms commencent à être connus: Vincent Cassel, Benoit Magimel, Léa Drucker, Mathieu Kassovitz, le même Kassovitz qui lui confiera la direction du casting du film 'La Haine', un succès. Jean-Claude crée alors des clips musicaux pour Kassav, Doc Gynéco, Tonton David, Abd Al Malik..et en 2005, retour au cinéma avec 'Neg'Maron', un autre succès. Il enchaîne avec la réalisation de 'Tropiques Amers', puis 'Rose et le soldat' diffusé à la télévision, téléfilm qui retrace l'histoire de la Martinique pendant la seconde guerre, avec des rôles confiés entre-autres à Fred Testot, Jocelyne Beroard, Christophe Malavoy ou encore Pascal Légistimus. 

 

Sébastien Onomo, est un jeune producteur né en 1986 en France à Sèvres, d'origine du Cameroun. Diplômé de l'INA, Sébastien est un amoureux du cinéma depuis sa plus jeune enfance. Il crée une association 'Ensemble pour un autre régard' et réalise des courts métrages avec des comédiens tels que Sabrina Ouazani, Cyril Gueï ou encore Julien Courbey. Très vite, il se tourne vers la production en intégrant  'Les Fims d'ici' du producteur Serge Lalou. Sébastien qui partage l'engagement cinématographique de Jean-Claude Barny, n'a pas hésité à l'accompagner pour 'Le gang des antillais', projet qui remonte à 2010.


 

Jean-Claude Barny et Sébastien Onomo, une première collaboration avec le film 'Le gang des antillais', qu'est-ce qui vous a motivé à mettre ensemble au cinéma le livre autobiographique du martiniquais Loïc Léry?

 
Jean-Claude Barny: Travailler avec Sébastien, c’est avoir un jeune producteur de talent, qui défend sans détour le film qu’il décide de produire, c’est être choisi et réciproquement dans une union qui pourrait faire référence à un couple, ou chacun va apporter sa compétence, sa créativité, sortir du fonctionnement traditionnel afin de porter à terme un projet atypique qui va devoir trouver sa place dans une industrie pas toujours bienveillante, mais curieuse de ce qui peut bousculer le cinéma français. C’est ambivalent, mais je pense que c’est pour cela que nous aimons nos métiers... 


Sébastien Onomo: Ce qui m'a motivé c'est d'abord le travail de Jean-Claude, que je connaissais à travers 'Neg'Maron' et 'Tropiques Amers'. C'est un réalisateur dont je partage l'engagement cinématographique et lorsqu'il nous a présenté ce projet à Serge Lalou et moi même, j'ai tout de suite été convaincu que ce film comportait les ingrédients d'un film singulier. Si je me fie aux premiers retours de spectateurs, après 6 ans de travail, le pari est réussi désormais. 



Jean-Claude Barny, on retrouve entre autre dans ce film Mathieu Kassovitz. Depuis le film 'La haine', on a l'impression que vous ne vous quittez plus.Il y a beaucoup de points communs entre vous. Est-ce qu'il y a une 'touche à la Kassovitz' dans la réalisation du gang des antillais?

Mathieu est un compagnon de route depuis très longtemps, bien avant nos introductions dans le cinéma. On traînait ensemble avant ses premiers courts-métrages, et il m’a vite encouragé à faire les miens… On est toujours dans cette dynamique où il faut se remettre en question. Il faut garder à l’esprit que nos films ne doivent pas servir uniquement des ambitions personnelles de cinéaste, mais plutôt des outils pour déchiffrer cette société tellement hybride qu’elle est parfois bien plus vorace que nourricière. Il n’y a pas de touche ni d’affiliation, chacun a sa vision et son style, la base commune est la sincérité dans nos propos et nos actions.

Jean-Claude Barny, les films que vous réalisez sont des films d'histoires, d'histoires vraies, d'histoires authentiques..Nèg'Maron, Tropiques amers, Rose et le soldat...Qu'est ce qui vous anime, vous pousse à ne réaliser que des films ayant pour sujet 'les Antilles'?

 
Ce qui m’anime est une partie de mon conscient qui refuse violemment la place et la caricature auxquelles notre communauté fut si longtemps exposée. Sûrement un traumatise d’ado qui m’a plongé dans une sorte de rébellion constante, défendre ma couleur de peau, mes origines antillaises. Les préjugés sont un venin qu’on doit annihiler surtout lorsque parfois c’est relayé par le monde politique.

Sébatien Onomo, Jean-Claude Barny, Nèg'Maron, c'est 150 000 entrées avec un gros succès aux Antilles, mais aussi en Métropole. Le gang des antilllais, un pronostic? 

 
Nèg'Maron fut un vrai succès à l'époque. Je pronostique que le 'Gang des antillais' fera autour de 80 000 entrées aux Antilles Guyane, et 250 000 entrées sur le reste du territoire national. Soit environ 330 000 à 350 000 entrées si le public se déplace massivement en salle le 30 Novembre car pour la sortie du 15 Octobre, l'histoire est en marche et nous sommes en train de battre des records de fréquentation. Beaucoup de séances sont complètes chaque jour !!!!



Sébastien Onomo, Jean-Claude Barny, un message à faire passer à nos amis de Martinique? Et d'ailleurs?

 
Sébastien Onomo: Merci pour l'accueil durant les avant-premières. Il est vital pour le film, et par extension pour ce genre de cinéma, que les spectateurs aillent en salle pour le défendre avec nous. Il faut en parler partout autour de soi, emmener votre famille, vos amis. Si le jour de la sortie le 30 Novembre il n'y a pas au moins 30 000 personnes qui se déplacent pour aller voir le film le jour de sa sortie, Il sera déprogrammé la semaine suivante. Ce serait dommage de ne rester qu'une semaine à l'affiche et d'attendre encore de nombreuses années pour voir émerger ce genre de film...


Jean-Claude Barny:Le message de Sébastien est partagé. Voilà pourquoi, un Producteur s’entend avec sont réalisateur, leurs points de vue fonctionnent sur les aspérités de ce qu’ils construisent ensemble, et pour l’occasion c’est volontairement tourné vers le public du Gang..

Jean-Claude BArny, Sébastien Onomo merci. On vous souhaite un énorme succès!

Tiré du livre autobiographique du martiniquais Loïc Léry, 'Le gang des antillais' est réalisé par Jean-Claude Barny (Nèg'Marrons, Rose et le soldat...), producteur Sébastien Onomo.

Un film avec à l'affiche quatre acteurs noirs dans les principaux rôles, mais aussi un casting de choix puisque l'on retrouve Romane Bohringer et Mathieu Kassovitz.

Dans la France désenchantée des années 70, Jimmy Larivière se débat pour survivre avec sa fille et trouver sa place. Sa rencontre avec le Gang des Antillais, des malfrats idéalistes, sonne sa révolte face à l'exaspération d'une communauté arrivée en métropole avec le BUMIDOM.

 

Acteurs:

Djedje Apali, Eriq Ebouaney, Adama Niane, Vincent Vermignon, Djibril Pavadé, Zita Hanrot, Lucien Jean-Baptiste, Jocelyne Béorard, Mathieu Kassovitz, Romane Bohringer