Sortie, À savoir

Payer votre stationnement en temps réel avec votre mobile

Par: Andréa CLERC  

A SAVOIR Depuis la semaine dernière, les Marseillais n'ont plus d'excuses pour ne pas payer leur stationnement. Née de la collaboration entre la société SAGS et la ville, l'application smartphone Timo permet désormais de régler la note depuis son portable ou son ordinateur ! Plus de problème de monnaie ou de temps.

Fini le gaspillage et les tickets. Désormais, on paie la durée réelle de son stationnement. En effet depuis quelques jours, la société SAGS et la ville de Marseille ont dévoilé la nouvelle application Timo qui permet de payer son stationnement, sans bouger, depuis son téléphone portable.

Comment ça marche ?
Il suffit de télécharger l’application smartphone Timo ou d'aller directement sur le site (www.timomarseille.com) ou de se connecter par serveur vocal en composant le 04 86 806 806 (appel non surtaxé).

Par la suite, il faudra simplement :
-inscrire le numéro de la plaque d'immatriculation (jusqu'à 5 plaques minéralogiques par conducteur) et coordonnées bancaires.
-sélectionner une zone de durée ( rouge : limitée à 2 heures ou  jaune : limitée à 4h) que l'on pourra "ajuster" à la demande.
-appuyer sur le bouton "démarrer mon stationnement". 
-au retour, il faudra cliquer sur le bouton "je stoppe mon stationnement." pour connaitre le montant exact du stationnement.

Le montant de la facture apparaîtra sur le relevé habituel que vous adresse l'opérateur téléphonique.

Le payement à distance et instantané présente un avantage considérable pour l’utilisateur qui “peut prolonger ou interrompre la durée de stationnement avec son téléphone”, expliquait Jean-Luc Ricca, délégué à la circulation il y a quelques jours. Autrement dit, on paie au temps : "S’il ne reste que dix minutes de stationnement, une alerte est envoyée et permet de créditer de nouveau la place de parking".

Et si l'agent constate l'absence de ticket dans le véhicule ? 
Les agents contrôlent le stationnement en relevant la plaque d'immatriculation de l'automobiliste sur leur boîtier de contrôle. Actualisée en temps réel, la base de données indique les véhicules avec un stationnement en cours ainsi que ceux ayant dépassé leur temps de stationnement.

Pour rappel, Marseille compte à ce jour un peu plus de 15.000 places de stationnement sur la voie publique et 870 horodateurs, qui lui ont rapporté 6,8 millions d'euros en 2014. «Le but n'est pas de gagner plus, mais de fluidifier l'occupation et le partage des rues avec un outil facilitant son usage », indique Jean-Luc Ricca.

Reste à savoir si le procédé sera étendu aux parkings souterrains que tous les automobilistes fréquentent, chaque semaine.

Photo : DR