Les jardins de Marrakech : le Cyber parc

Société
Dev Web
Editor Made in Marrakech
17 janvier 2011

Pour profiter de la nature luxuriante de Marrakech, de ses sublimes roses qui poussent à l’ombre des palmiers, sans se déconnecter du monde virtuel, le jardin Arsat Moulay Abdeslam - également appelé Cyber parc - est sans nul doute l’un des seuls lieux gratuits de la ville où tout cela est possible.

Cet espace vert situé aux portes de la médina, bordé par l'avenue Mohammed V d'un côté et les remparts de l'autre, a été imaginé au XVIIIe siècle par le fils du Sultan alaouite Sidi Mohammed Ben Abdallah, qui donna son nom à ce lieu idyllique.

Son passé

Moulay Abdeslam était un poète, un écrivain, un diplomate, mais avant tout un érudit pluridisciplinaire. Son engouement pour la conception de jardins n'était que le fruit de l'héritage de la dynastie alaouite, bien connue pour la valeur et l'esthétique de leurs espaces naturels. A l'époque, le fils du sultan avait dessiné des petits carrés de terre où poussaient paisiblement différentes denrées, dattes, olives et fruits, qu'il utilisait pour sa propre consommation. L'espérance de vie humaine étant bien inférieure à celle d'un olivier, le jardin survécu au créateur, puis les siècles passèrent, jusqu'à la période du protectorat français, où la législation de l'époque décida d'en faire un jardin public.

Bien que la partie conçue par Moulay Abdeslam soit restée apparente, de nombreuses modifications ont été faites par les français. Ils ont apporté une structure bien plus linéaire à ce parc, en rangeant les uns derrière les autres oliviers, palmiers, bigaradiers et conifères. Une fois l'espace rendu public, ce lieu est rapidement devenu le carrefour où toute la médina venait chercher un peu de tranquillité et de verdure. Les forains y venaient même exposer leur marchandise. Au fil des années, le jardin perdu son charme et sombra petit à petit dans l'abandon, à cause à l'entretien, qui revenait trop cher.

Son futur

Héritage du patrimoine marqué par les différentes périodes qu'a traversé la ville, il fallût attendre février 2005 pour voir renaître ce jardin. Initiée par la Fondation Mohammed VI pour la protection de l'environnement, le Conseil de la ville et la société de télécommunications Maroc Telecom, la rénovation du jardin dura 17 mois.

Pour que se lieu appartienne une fois encore à son siècle, il fallut le le mettre à la page, soit le doter d'une connexion internet sans fil et de postes permettant l'accès à la toile. Outre ces améliorations technologiques majeures, le restant des rénovations s'est fait dans un esprit de préservation du patrimoine. En effet, il n'était pas question de bouleverser cet écosystème. Seules les plantes qui avaient envahi progressivement les parterres ont été arrachées. Recherchant l'authenticité d'antan, la partie du jardin édifiée par le fils du sultan retrouva toute la nature qu'il avait voulu lui donner, grâce à la plantation de nouveaux arbres fruitiers. L'autre partie conçue sous l'égide du protectorat, a elle aussi était réhabilitée comme à l'origine. Bien plus rigoureuse que la précédente, l'agencement linéaire et la grande variété botanique ont été respectés. 18 000 m² de chemins ont été surélevés, pour offrir une vision du lieu plus globale et aérée aux visiteurs. 4 bassins et un amphithéâtre de 80 places ont également été construit. A tout cela viennent s'ajouter les bornes internet éparpillées ça et là, ainsi que le musée des télécommunication créé par Maroc Télécom.

Véritable oasis de verdure au milieu du bitume, le jardin Arsat Moulay Abdeslam, aussi appelé cyber parc, a été inauguré le 12 février 2005 par la Princesse Lalla Hasna. Depuis ce jour, touristes et marrakchis foulent les allées en se délectant d'une végétation haute en couleur et d'une connexion haut débit.

Retrouvez aussi l'article 1/5 : le jardin El Harti

Texte C. Alary

Photo Blog Art et Littérature

Publié le 17/01/11

Dev Web
Editor Made in Marrakech
17 janvier 2011

Arsat Moulay Abdelslam

  • Outdoor
  • À visiter
Avenue Mohammed V 40000, Marrakech
Get Directions

Vous aimerez aussi